Menu

Pourquoi un Parti pour la Santé


Rédigé le Vendredi 30 Septembre 2016 à 08:57 | Lu 1195 commentaire(s)



L'urgence est vitale pour notre système de santé (absolue selon le nouveau langage orwellien du pouvoir) !  Aucun grand courant en position d’être élu ne semble avoir conçu avec le corps médical et paramédical un projet santé capable de redresser le Titanic en plongée ! Les élections approchent et le désastre en santé semble devoir se renforcer, voir s’approfondir !

Il faut réagir et proposer un schéma de diagnostic et traitement du malade "système de santé". Notre but n’est pas d’établir une nouvelle ligne autoritaire de plus de pensée et d’action pour les médecins et tous professionnels de santé, mais bien de rétablir la liberté thérapeutique des médecins et soignants et la liberté de choix des traitements préventifs ou curatifs des citoyens y compris malades;

L'urgence est de retrouver la démocratie en santé comme en général, de sortir de l’administration totalitaire de la santé et non  de proposer des choix à la place de chaque personne qu’elle soit soignante ou soignée.

La liberté guide nos pas...évitons les révolutions sanglantes, revenons à nos acquis de liberté de penser, de soigner, d'éduquer etc... Il est encore temps, mais il est grand temps ! Ecoutez le peuple qui gronde !

INFORMER SUR LES POSITIONS DES CANDIDATS :

Les commenter pour éclairer les manipulations et mensonges que l’on voit déjà fleurir et / ou développer une proposition positive . C’est ce que nous nous proposons de faire ici, en commentant au jour le jour les positions des divers candidats sur la santé.
Mais aussi analyser, proposer des solutions à court et à long terme.

Parallèlement en soumettant une analyse de l’état actuel, déjà en partie exposée dans #soigneretobéir  à développer, renforcer avec l’aide de tous, et en proposant des solutions immédiatement applicables pour éviter la faillite du système et une réflexion à plus long terme de l’ensemble du système incluant la formation des médecins et paramédicaux.

Au-delà du site du Parti pour la Santé à relayer au maximum  sur les réseaux sociaux et sur les grands médias, nous nous proposons d’étendre cette information et échanges avec professionnels, patients et citoyens par des réunions petites et grandes sur tout le territoire français afin de comprendre au plus près les attentes citoyennes et de relayer ces échanges via articles, vidéos etc et tous moyens proposés par les volontaires qui nous rejoignent. Nous sommes bénévoles pour cette campagne et n’avons aucun lien d’intérêt avec firmes pharmaceutiques et/ou entreprises de santé telles Générale de santé etc…ni actions boursières en santé.
 
En effet l'heure est à l'urgence tant pour les patients surmédicalisés mais  souvent sous-traités que pour le corps médical et paramédical, asphyxié, harcelé, démotivé, désespéré.

COMMENT LES CANDIDATS VISIBLES VOIENT-ILS LA SANTE ?

Le plus frappant est la contamination bureaucratique du corps politique dans l’exposé de leur programme santé conçu loin du terrain. 40 ans de thatchérisme bureaucratique au service de la Bourse  ont déformé la pensée des Lumières, et vu s’enfoncer dans un gouffre, la liberté de penser et de s’exprimer, de chercher et de trouver, pour découvrir en ce  21ième siècle une société cassée, détricotée, désarçonnée, soumise...

 « L’appel des appels, pour une insurrection des consciences » , les nombreux ouvrages de R Gori aux titres explicites, par exemple  sur la « santé totalitaire   essai sur la médicalisation de l’existence » et  «  exilés de l’intime, la médecine et la psychiatrie au service du nouvel ordre mondial économique » , les avertissements lourds de personnalités  marquantes du monde de la santé comme les ex rédacteurs en chef démissionnaires du New england Journal of medicine dénonçant la manipulation des articles médicaux des revues internationales de référence, les livres avertissements du Professeur Even dont le dernier « corruption et crédulité »   mais aussi en collaboration avec B Debré professeur de médecine sur la bureaucratisation dangereuse  de notre médecine dès 2004  et bien d’autres cités ailleurs ,  n’ont semble -t-il pas suffi à réveiller les consciences des politiques trop pressés, ni malheureusement des citoyens endormis par la téléréalité, parfois même conduite par certains candidats  eux -mêmes …
Les candidats paraissent quasiment tous rodés à la méthode Touraine , médecine décidée et rêvée d’être pratiquée sans médecins, réforme décidée puis votée sans concertation, ni avec les médecins ni aucun  professionnel de santé, ni citoyens (en dehors de quelque association subventionnée par ce même gouvernement ).
 
Rédaction  hors sol du projet de loi santé, puis de la version votée en catimini pendant les hommages aux victimes des attentats, oubliant ceux de cette future loi ! Loi parue au JO de janvier 2016 et appliquée au pas de charge par accumulation de décrets qui semblent parfois étonner le chaland comme le cadavre,  propriété de l’état  et  non de la famille par exemple.

Rédaction des décrets qui ont suivi par des bureaucrates à cent mille lieux de la réalité quotidienne du malade, du médecin, qu’il exerce en ville ou à l’hôpital public ou privé, du kinésithérapeute condamné à traiter plusieurs patients en même temps s’il veut survivre , de l’infirmière hospitalière qui n’a ni le temps de manger, ni d’ aller  se soulager, de l’infirmière de ville dont le prix de l’injection à domicile ne lui laisse pas deux minutes pour échanger avec la vieille dame ou le petit au fond de son lit qui en aurait le plus grand besoin. Sans parler du désarroi des pharmaciens dont  de très nombreuses    ferment chaque semaine, des dentistes qui envisagent d’aller pratiquer à l’étranger plus humain et pas si loin !   Déserts médicaux  organisés en conséquence par ces pouvoirs bureaucratiques qui font semblant de les déplorer, y compris dans la capitale par ailleurs impraticable, les contraventions tombant comme des feuilles mortes symboles d’une gestion délirante de la vie parisienne.
 
Les candidats déclarés  semblent restés pratiquement tous hors sol, sur une autre planète envahie par le patient -objet devenu « traceur » indicateur d’activité, la tarification à l’activité  responsable de la multiplication des actes inutiles et parfois toxiques pour le patient, la folie évaluation ,  le médecin et/ou le paramédical de toute nature devenu robot au service de la démocrature, ou de la dictature bureaucratique investie de tous les pouvoirs y compris celui de la décision médicale thérapeutique.  Leur rêve de toute puissance médicale passe, en l’absence d’apprentissage du métier, dans le grand mythe technologique. On mettra toutes les données de santé à disposition  (déjà appliquée grâce à la Loi Touraine cassant Hippocrate en son article le plus cher et intime, le secret médical), puis après avoir rentré le savoir scientifique dans les gros ordinateurs, l’heure de la  médecine sans médecin , via l’informatique nouveau Dieu tout puissant, l’avatar médecin fera notre travail…

Mais  la plupart des politiciens, nourris depuis le biberon de bureaucratie, ont oublié l’essentiel.

La Médecine est un art qui bénéficie des données acquises de la science, mais est beaucoup plus que de la science pure et dure : un mélange raffiné de sensibilité, d’amour, d’intuition, de compassion, d’échange non -dit et dit, mixture impalpable qui permet de mettre au service de l’Homme, malade ou non, les acquis de la science. Mais quand la supposée science prétend remplacer l’art à son service (les cabines de consultation informatique) le patient est au bord du ravin et la catastrophe imminente.
 
L’obsession bureaucratique doublée de l’obsession scientifique  et trop souvent scientiste au service du Dieu Argent, semble incapable d’imaginer une médecine libre, indépendante, responsable, et capable d’organiser elle -même son exercice quotidien et ses relations avec les patients, les collègues, les paramédicaux , les associations de malades, les laboratoires privés ou publics, les start-ups ou tout ce qui de près ou de loin concerne la santé.

Bref, nous médecins, nous sommes grands, adultes, ne sommes plus des enfants et n’avons pas besoin que des énarques ou faux énarques sortis de l’école de management de la santé nous tiennent la main pour nous dire ce que nous avons à faire, et comme s’organiser et bien pire encore depuis l’article 1 de la loi Touraine comment soigner nos patients. Nous n’avons aucune raison d’avoir à suivre des « objectifs de santé » pour conseiller en toute objectivité telle ou telle vaccination ou nouvelle molécule et la prime aux médecins libéraux pour respect d’objectifs de santé fixés par le ministère sous influence de lobbies  est une insulte à leurs compétences, leur indépendance  et une violation de notre code de déontologie qui justement  impose au médecin de respecter en tout moment son indépendance professionnelle.
 

Le Parti pour la Santé a pour ambition de conduire les candidats et futurs élus à rendre la liberté aux médecins et soignants  via l’abrogation des instances bureaucratiques mises en place depuis les années 80 multipliant agences, et observatoires couteux et inutiles. Le détail des propositions fera l’objet d’articles successifs ouverts à la discussion.

Retrouvons la médecine d'Hippocrate en militant pour la suppression des lois liberticides et en sauvant la couverture universelle pour les soins.
Refusons la « démocratie totalitaire »  et imposons notre liberté de penser et en particuler de soigner. En avant !

EQUIPE NATIONALE

 
  • Nicole DELEPINE, Présidente
  • Carine CURTET, Vice-présidente
  • Gérard DELEPINE, Trésorier
  • François ANCEAU,
  • Salwa FALLOUH-ALKHALLAF
  • Isabelle FILIOL
  • Michel LECLERC
  • Magalie LEPAPE
  • Christelle MATHILLON
  • Serge RADER
  • Line TURCO